En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

Journée royale à l'Abbaye de Fontevraud

Journée royale à l'Abbaye de Fontevraud (Photo 1 sur 12)

Photo 1

13.12.2014 - © Région des Pays de la Loire - M. Gross

À l’approche des fêtes de Noël, l’Abbaye Royale de Fontevraud et l’Orchestre National des Pays de la Loire ont organisé un ciné-concert, le 13 décembre dernier, autour du film d’animation "Le Bonhomme de Neige". À cette occasion, un parcours de sensibilisation et de découverte a été proposé à des Ligériens, petits et grands, éloignés de l’offre culturelle, à l’initiative de la Charte culture et solidarité de la Région des Pays de la Loire en partenariat avec la Charte culture et solidarité de la Ville d’Angers. Retour en images.

parcours découverte avec la Charte culture et solidarité

  • À l’approche des fêtes de Noël, l’Abbaye Royale de Fontevraud et l’Orchestre National des Pays de la Loire ont organisé un ciné-concert, le 13 décembre dernier, autour du film d’animation "Le Bonhomme de Neige". À cette occasion, un parcours de sensibilisation et de découverte a été proposé à des Ligériens, petits et grands, éloignés de l’offre culturelle, à l’initiative de la Charte culture et solidarité de la Région des Pays de la Loire en partenariat avec la Charte culture et solidarité de la Ville d’Angers. Retour en images.
  • Du ludique au sérieuxLes groupes sont arrivés d’Angers, de Nantes, mais aussi de Parigné l'Évêque (72), de Saint-Sébastien-sur-Loire et de La Bernerie-en-Retz (44). Après les avoir accueillis, Halia Smaïl, chargée de la médiation des publics à Fontevraud, par son dynamisme, réussit à captiver aussi bien les adultes – en replaçant l’Abbaye dans son contexte historique – que les enfants, avec une approche plus ludique : "le féminin de moine c’est quoi ? Pas des moinesses, ni des moineaux… mais des moniales bien sûr !".
  • Le regard d’un travailleur de la pierre
Jean-Philippe, venu avec le centre socioculturel  de l’Allée Verte, de Saint-Sébastien-sur-Loire, s’intéresse particulièrement à l’aspect architectural des lieux : "J’adore la pierre, les vieux bâtiments. J’ai travaillé à Vannes sur ce genre de bâtiments, entre 2003 et 2005. C’était intéressant, mais c’était un sacré boulot ! Il fallait enlever les jointures pour ne pas user la pierre, et travailler au burin, en lien avec les Compagnons, qui étaient de vrais experts".
  • Un lieu "énorme, fantastique"
La visite se poursuit dans l’église abbatiale, autour des fameux gisants, dont celui de la reine Aliénor d’Aquitaine. Ce lieu rappelle des souvenirs à Jean-Louis : "Venir ici, ça vaut la peine car le lieu est énorme, fantastique. Et ce n’est pas forcément un pèlerinage. J’ai d'ailleurs fait partie d’un jury d’œnologues ici, dans les années 90. Ça a beaucoup changé depuis… Je ne reconnaissais même pas l’entrée ! Ma femme fait beaucoup de sorties, moi un peu moins. Mais là, j’ai eu envie de revenir parce que c’est Fontevraud !"
  • Les enfants à l’assaut de Fontevraud
Au total, une vingtaine d’enfants participent à cette journée dans le cadre de la Charte culture et solidarité régionale et celle de la Ville d’Angers : des jeunes Angevins, représentés par les maisons de quartier des Hauts-de-Saint-Aubin et du Trois Mâts, et d'autres venus de la MECS Saint-Joseph de La Bernerie-en-Retz. L’occasion pour tous de découvrir pour la première fois une Abbaye Royale riche de bientôt 1 000 ans d’histoire.
  • Le pouvoir aux femmes !
Anaïs, Shada et Talina sont venues avec la maison de quartier des Hauts-de-Saint-Aubin, à Angers. À la question : "que pensez-vous de ce lieu ?", elles répondent en chœur : "C’est beau !". Puis, quelques instants plus tard, l’une d’elles précise, le regard malicieux : "J’ai bien aimé les gisants, et aussi le fait que c’était les femmes qui gouvernaient ici…".
  • Reporters photographes en herbe
Les enfants de la Bernerie-en-Retz immortalisent leur voyage à Fontevraud en devenant, le temps d’une journée, de vrais reporters photographes. Jud-Yen, Matheo et Lou (qui tient l’appareil sur la photo) se sont arrêtés sur les gisants, les murs de l’abbatiale et, ici, le cloître de l’Abbaye Royale.
  • Casse-croûte du terroir
Après une visite guidée sous un temps frais et humide, place au réconfort. Les groupes invités dans le cadre des deux Chartes culture et solidarité rejoignent l’ensemble des spectateurs du ciné-concert pour un goûter convivial. On se presse au bar installé pour l’occasion dans une des salles de l’Abbaye Royale, où brioches fraîches et jus de pommes du terroir les attendent.
  • Un orgue de barbarie avant l’ONPL
Il s’agit bien d’une pause goûter, mais dans un genre un peu particulier… Un chanteur fait l’animation. Les plus âgés reconnaissent, entre autres, "Trois petites notes de musique", la chanson tirée du film d’Henri Colpi, "Une aussi longue absence", palme d’or cannoise de 1961. Les plus jeunes découvrent, émerveillés, un instrument qu’ils ne connaissent pas : l’orgue de barbarie.
  • Une salle de concert atypique
Françoise Baudin, responsable de la programmation culturelle de l’Abbaye Royale, accueille les spectateurs venus nombreux pour le ciné-concert, dans le vaste réfectoire transformé pour l’occasion en salle de concert et de projection. L’occasion, surtout, de présenter Pascal Rophé, directeur musical de l’ONPL.
  • Musique maestro !
Le chef d’orchestre Pascal Rophé livre au public des clés pour comprendre la manière dont est construite une musique de film. La neige, par exemple, est illustrée par les bois, la harpe, le piano et le glockenspiel, et les douze coups de minuit, par la cloche accompagnée de l’orchestre. Avant de conclure : "un chef d’orchestre qui parle, c’est bien, mais un chef d’orchestre qui se tait, c’est encore mieux !".
  • Haut les chœurs !
La musique d’Howard Blake, jouée en direct par l’ONPL, apporte une dimension supplémentaire aux belles couleurs pastel du dessin-animé de Raymond Briggs. Le clou du spectacle reste sans aucun doute l’arrivée des chœurs formés par les lycéens de Clémenceau (Nantes) et de Joachim du Bellay (Angers). Les enfants qui leur font face dans le public, d’une dizaine d’années leurs cadets, ne cachent pas leur joie et semblent hypnotisés par le ciné-concert. Une manière douce et poétique de finir cette journée pas comme les autres à Fontevraud.
  • Conseil Régional des Pays de la Loire
    Hôtel de la région 1, rue de la Loire 44966 Nantes Cedex 9
    accueil@paysdelaloire.fr - 02 28 20 50 00