En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

Cliquez pour agrandirInauguration du marais de la vacherie ( reserve naturelle régionale) par Jacques Auxiette et Alain Bougrain Dubourg. RNR

RNR Marais de la Vacherie

La réserve du marais de la Vacherie s'étend sur plus de 180 hectares. Situé sur la commune de Champagné-les-Marais en Vendée, le marais est composé de prairies naturelles humides. En hiver, lorsque l'eau recouvre les parties les plus basses, les canards de la baie de l'Aiguillon viennent s'y alimenter. Quand les eaux baissent, les éleveurs mènent paître leurs troupeaux sur les terres découvertes en respectant les contraintes liées à la préservation du site. Pour garantir ce fragile équilibre et favoriser la reproduction de la guifette noire, oiseau dont il ne reste que 200 couples en France, une gestion adaptée du niveau d'eau doit être mise en oeuvre.

Environnement

Une nature riche et variée concentrée sur 180 hectares

À  première  vue,  le  marais de  la  Vacherie  semble  inhabité. Pourtant, la vie foisonne pour qui y regarde de  plus  près.  La  richesse de  sa  faune  et  de  sa flore  est  tout  simplement étonnante :

  • 166 espèces d’oiseaux, parmi lesquelles 93 sont menacées et/ou  protégées  en  France. Témoins  de  la  qualité  du site,  de  nombreuses  espèces  s’y  reproduisent  :  la guifette noire, l’échasse blanche, la  barge à queue noire, le  chevalier gambette, le vanneau huppé, la cigogne blanche, la sarcelle d’été, le canard souchet et le tarier des prés.
  • Zone  humide,  le  marais est  un  paradis  pour  les amphibiens (triton marbré, pélodyte ponctué), pour les reptiles (couleuvre verte et jaune, couleuvre vipérine) pour  les  libellules  (agrion mignon et  orthétrum à stylets blancs)  et  pour  un mammifère comme la loutre d’Europe. Autant  d’animaux qui sont aujourd’hui menacés en France.
  • On  dénombre  160  espèces végétales, dont 25 peuvent être  considérées  comme  remarquables. Cinq d’entre elles sont  d’ailleurs  protégées,  au plan national comme la  renoncule à feuilles d’ophioglosse, ou  régional  comme le  trèfle de Michéli, l’iris bâtard, la cératophylle submergée  et  la  cardamine à petites fleurs.


Un peu d’histoire…
Le  marais  de  la  Vacherie  se  situe  au coeur  de  l’ancien  golfe  des  Pictons (actuel Marais poitevin). Le comblement naturel de ce golfe, fruit de l‘accumulation des sédiments marins et alluvionnaires, a été accentué par la main de l’homme (endiguement,  assèchement,  création de chenaux…) qui a permis l’exploitation des terres.
Aujourd’hui,  d’apparence  planes,  ces terres  laissent  apparaitre  un  microrelief constitué  de  parties  basses  (appelées baisses), en eau plusieurs mois de l’année, et  de  parties  hautes  (appelées  belles). L’océan  a  marqué  le  relief  et  nourri  la terre en sel, qui remonte par capillarité.

Acteurs

Un laboratoire de la cohabitation réussie
Le  marais  de  la  Vacherie  représente  un  intérêt  écologique majeur.  Espèce  emblématique  du  site,  la  Guifette  noire  a besoin  pour  se  reproduire  de  prairies  inondées  une  grande partie  de  l’année,  avec  une  végétation  basse  ou  flottante susceptible de supporter son nid. L’entretien du marais par les vaches et les chevaux est donc indispensable. C’est en grande partie sur  les éleveurs que  repose  la préservation de ce  lieu exceptionnel à plus d’un titre. La démarche de classement en Réserve naturelle régionale a été menée en tenant compte à la fois des spécifi cités du site et des attentes des professionnels travaillant sur le marais.

La  Ligue  pour  la  protection  des  oiseaux  (LPO) mène depuis 1989  une  campagne  d’acquisition  et  de  gestion  de  prairies naturelles humides sur la commune de Champagné-les-Marais. Elle est  à ce jour propriétaire de 350 hectares et d’un corps de ferme. Le but est de maintenir ces milieux favorables à la biodiversité  et  de  démontrer  qu’il  est  possible  de  combiner un élevage extensif à caractère économique et le respect de l’environnement. L’association loue les prairies à des éleveurs à des tarifs inférieurs à ceux habituellement pratiqués. Le Conseil régional des Pays de la Loire a décidé du classement du marais de la Vacherie en Réserve naturelle  régionale le 15 décembre 2008. La Région assure un accompagnement technique et financier à hauteur de 50% du coût des actions menées dans le cadre du plan de gestion.


Les éleveurs de Champagné-les-Marais : acteurs et responsables
Au total, ce sont six éleveurs qui assurent l’entretien de l’ensemble du site et s’engagent du même coup à mettre en oeuvre des pratiques respectueuses du milieu naturel : pas d’engrais chimique, nombre limité d’animaux pâturant au printemps, dates de fauche tardives (entre le 1er et le 15 juin). « Le marais de la Vacherie est une zone où les enjeux environnementaux sont importants et vont au-delà de la simple protection de la nature. Les oiseaux sont des indicateurs de sa bonne santé. Je me sens acteur et responsable, concerné par la démarche. Il faut penser aux autres et à demain. »

Didier MARTINEAU, éleveur à Champagné-les-Marais

Actions

Des actions concrètes pour l’avenir du marais le  plan  de  gestion,  prévu  dans  le cadre  du  label  Réserve  naturelle régionale, repose sur la participation active des acteurs de terrain. Voici  quelques  actions  qui  vont  être menées au fil du temps :

  • La gestion pastorale : poursuivre le travail mené  avec  les  éleveurs  dans  l’objectif  de valoriser l’exemplarité du mode de gestion (élevage extensif et biodiversité). 
  • La gestion hydraulique : renforcer les travaux d’aménagement permettant de contrôler les niveaux d’eau (vannes, échelles graduées…).
  • La  gestion  biologique  :  maintenir  les conditions favorables à l’accueil des espèces rares  et  menacées  (respect  des  préconisations  d’exploitation,  sensibilisation  des usagers,  surveillance  des  espèces  envahissantes comme la Jussie).
  • L’ouverture au public  : ouvrir à un large public des espaces de sensibilisation à la préservation de la biodiversité (étude de faisabilité d’un point d’accueil et d’exposition à la ferme du Grand Mothais).

Mot(s) clef(s)

L'actu en images

Conseil Régional des Pays de la Loire
Hôtel de la région 1, rue de la Loire 44966 Nantes Cedex 9
accueil@paysdelaloire.fr - 02 28 20 50 00