Région des Pays de la Loire
Newsletter Région économie

Newsletter ENTREPRISES

Thrustwatch@sea, quand économie rime avec écologie

Cliquez pour agrandir90 % des échanges commerciaux se font par voie maritime et génèrent 2,5 % du total des émissions mondiales de gaz à effet de serre. © Région Pays de la Loire / M. Gross

Lancé en 2014, le projet Thrustwatch@sea, porté par la société Principia avec le concours de l’ENSM et de la compagnie Euronav, est aujourd’hui achevé. Il a permis d’avancer de façon significative sur la mise au point d’un système de surveillance en temps réel du rendement de l’appareil propulsif du navire afin de réduire les émissions polluantes.

« Le projet visait à répondre à deux enjeux majeurs pour le transport maritime : écologique et économique », souligne Yann Vachias, en charge du projet à l’ENSM (Ecole nationale supérieure maritime). Actuellement, 90 % des échanges commerciaux se font en effet par voie maritime et génèrent 2,5 % du total des émissions mondiales de gaz à effet de serre.
L’ambition est donc de diminuer ces émissions polluantes - d’autant plus que de nouvelles réglementations seront en effet appliquées à compter du 1er janvier 2020 -  mais aussi de réduire la facture énergétique des compagnies maritimes dans le but d’améliorer leur compétitivité.
D’une durée de quatre ans, le projet Thrustwatch@sea a permis de tester à bord d’un navire, le prototype d’un système innovant de surveillance en temps réel d’un indicateur physique du rendement de l’appareil propulsif du navire. 

Pour les pétroliers et porte-conteneurs


 « La méthodologie de mesure de poussée, sans équivalant pour l’instant, a été validée sur les systèmes de propulsion des grands navires à passagers, mais ne l’a pas encore été sur les navires équipés de moteurs lents du type pétroliers et porte-conteneurs », explique Yann Vachias.
D’un coût total de 395 000 euros financé par la Région (132 500 euros), le projet était porté par trois partenaires. La société Principia qui, outre le pilotage du projet, a apporté son expertise dans l’ingénierie, la mesure et la spécification de systèmes embarqués d’aide à la décision, et dans la modélisation du comportement des navires. De son côté, l’ENSM a apporté sa connaissance de la propulsion navale et des interfaces homme machine. Enfin, EURONAV a mis à disposition un navire de sa flotte de grands pétroliers pour la réalisation des tests du prototype. 

Nouvelles connaissances en faveur de la réduction des consommations d’énergie

Les travaux viennent de s’achever. Ils ont permis à la société Principia d’approfondir et acquérir de nouvelles connaissances sur l’ergonomie des passerelles de navires, les rendements propulsifs et l’exploitation des données de consommation de carburant.
« Pour l’ENSM, le projet a été l’occasion de renforcer son expertise concernant la réduction de la consommation d’énergie dans le domaine maritime, concernant l’interface homme machine et notamment les études ergonomiques », explique le coordinateur de la recherche de l’ENSM. « En parallèle, ce projet a servi à la formation et plusieurs étudiants qui ont participé au projet au travers de leur mémoire de fin d’études. Et pendant plus de deux ans, Euronav a mobilisé sur le projet des élèves-stagiaires et expérimenté la base de données. Autrement dit, un partenariat fructueux pour tous.

Pour en savoir plus :

 

 

 

libre expression

Pour en savoir plus sur le point de vue des groupes politiques du Conseil régional :

à votre écoute

    infos pratiques

    Newsletter Région Pays de la Loire

    lettres d’information de la région des pays de la loire

    Newsletter CULTURE

    CULTURE

    Newsletter ENTREPRISES

    ENTREPRISES

    Newsletter EMPLOI, APPRENTISSAGE ET FORMATION PROFESSIONNELLE

    EMPLOI

    Newsletter ÉDUCATION

    EDUCATION

    Newsletter MA RÉGION

    S'abonner à la newsletter Pays de la Loire

    Newsletter ENSEIGNEMENT SUPERIEUR et RECHERCHE

    ENSEIGNEMENT

    Newsletter INTERNATIONAL

    INTERNATIONAL

    Gardez le fil