En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

À Nantes, les formidables promesses de la thérapie génique

Redonner la vue aux aveugles, guérir les maladies neurodégénératives... Demain, ou après-demain, ce sera sans doute possible en utilisant le gène comme un médicament.

En moins de 20 ans, Nantes est devenue incontournable en matière de thérapie génique. «De la recherche fondamentale jusqu'au développement des médicaments, autour du CHU et d'une école vétérinaire dynamiques et sensibles à la recherche, nous avons réussi à monter une filière complète et de premier plan, sans doute unique en Europe, en lien stratégique avec la Pitié-Salpétrière à Paris et le Génopôle d'Evry, avec un fort soutien du Téléthon», raconte Philippe Moullier, directeur de l'Institut de thérapie génique Atlantique.

La thérapie génique, qui consiste à faire pénétrer des gènes dans les cellules ou les tissus pour traiter une maladie, va demain bouleverser les outils des médecins.

C'est dans le domaine des maladies de la vision que les progrès sont les plus visibles. Dès 2006, les équipes nantaises ont démontré qu'il était possible de rendre la vue à des chiens atteints d'une certaine pathologie de la rétine.

Depuis lors, les essais cliniques sur l'homme, et avec d'autres maladies, se succèdent. Et d'autres pistes continuent de s'ouvrir. En 2014, les équipes nantaises et leurs collègues en Ile de France ont révélé des avancées spectaculaires dans le traitement de la myopathie de Duchenne.

«Avec l'engagement des collectivités locales mais aussi celui des entreprises régionales qui participent à notre fondation, il existe ici un terreau très favorable pour attirer les chercheurs et favoriser durablement le développement de la recherche.»

Mot(s) clef(s)

Notre dossier spécial

Ce que trouvent les chercheurs en Pays de la Loire.  Des laboratoires de renommée internationale dans des domaines comme la santé, les nouveaux matériaux, le végétal ou l'alimentation... Des équipes «pépites» dans la physique subatomique, le calcul intensif, la planétologie ou le droit… Les travaux des scientifiques qui travaillent en Pays de la Loire font référence, au niveau européen ou mondial, sans qu'on le sache forcément ici. Coup de projecteur.  

à savoir

Les acteurs régionaux de la recherche et de l’enseignement supérieur se mobilise au sein d’un comité consultatif régional de la recherche et du développement technologique (CCRRDT). Il était réuni ce jeudi 26 février 2015 à Nantes pour fixer la feuille de route des 5 ans qui viennent et définir en lien avec la Région des Pays de la Loire, les thématiques prioritaires à l’échelle régionale : alimentation, numérique, énergies marines renouvelables, végétal, acoustique, tourisme, santé, matériaux...

Plus de 560 millions d'euros sont prévus sur la période 2015-2020 (Etat et Région dans le cadre du Contrat de Plan : 218 M€. FEDER-Europe : 48 M€. Région : 300 M€.)

Pays de la Loire Magazine mars 2015

Pays de la Loire Magazine version numérique

 

L'actu en images

Conseil Régional des Pays de la Loire
Hôtel de la région 1, rue de la Loire 44966 Nantes Cedex 9
accueil@paysdelaloire.fr - 02 28 20 50 00