En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

Jean-Louis Etienne teste la résistance de son Polar Pod à Nantes

Avant d’affronter l’Antarctique, le Polar Pod de Jean-Louis Etienne fait une escale en Pays de la Loire. Le médecin explorateur prépare un nouveau défi : se laisser dériver autour du pôle sud à bord d’un engin sans moteur. Pendant 2 jours dans le bassin de houle de l’école centrale de Nantes, la maquette du «navire» a subi les assauts de vents et vagues extrêmes.

Le Polar Pod

L’engin est inspiré d’un navire américain baptisé le Flip. La structure mesure une centaine de mètres dont 70m sous l’eau une fois qu’elle est placée à la verticale grâce au remplissage de très gros réservoirs. Elle ne dispose pas de moteur et assure son autonomie énergétique grâce notamment à de éoliennes. Trois marins et 4 scientifiques composent l’équipage qui sera relayé tous les 2 mois. La dérive du Polar Pod dans l’océan austral est prévue pour durer un an. 

Une opportunité scientifique exceptionnelle

Le projet de Jean-Louis Etienne est un défi technique mais c’est aussi une opportunité exceptionnelle pour la communauté scientifique qui a déjà manifesté son intérêt. Une quarantaine des laboratoires à travers le monde sont déjà impatients de traiter les données qui seront récoltées. C’est la première fois qu’une telle campagne est menée dans cette partie du globe. Des navires océanographiques y viennent déjà mais ne reste jamais très longtemps et contrairement au Polar Pod, ils ne sont pas silencieux. Trois types de mesures sont prévues au programme : les échanges océan-atmosphère pour notamment mieux définir la capacité d’absorption du CO2, des mesures acoustique sous-marine pour répertorier et mieux connaître les «habitants» de l’océan austral et, enfin, la confirmation de données déjà collectées par les satellites qui présentent toujours des marges d’erreur.

L’équipe autour de Jean-Louis Etienne

L'équipe du Polar Pod

Laurent Mermier de Ship-St, le bureau d’études lorientais qui a conçu le Polar Pod, Stanislas Devorsine, capitaine de l’Astrolabe  qui assure le ravitaillement de la Terre Adélie au Pôle Sud et qui connaît bien le secteur, Jean-Louis Etienne, Séverine Alvain du CNRS, chargée de la coordination scientifique, Jean Cassané, professeur de physique qui travaillera sur les retombées pédagogiques du projet. A noter qu’on pourra suivre au jour le jour sur Internet l’évolution du Polar Pod.

Le calendrier

- Fin des études et des essais en juin 2015.

- Début de la construction à l’automne 2015. Le chantier n’est pas encore choisi, le financeur (10 M€) est trouvé mais son nom ne sera officialisé que fin mars.

- Première mise à l’eau pour des essais dans l'Atlantique à l’été 2016.

- Début de la dérive en Antarctique en janvier 2017.

Le bassin de houle de l’Ecole centrale de Nantes

Pour réaliser ses essais, Jean-Louis Etienne travaille avec le laboratoire LHEEA de l’Ecole Centrale de Nantes spécialisé en hydrodynamique. La maquette du Polar Pod est immergée dans le bassin de houle. Pour vérifier son comportement en mer et sa solidité, elle est confrontée à toutes sortes de vagues et tous types de vents. 

Mot(s) clef(s)

 

L'actu en images

Conseil Régional des Pays de la Loire
Hôtel de la région 1, rue de la Loire 44966 Nantes Cedex 9
accueil@paysdelaloire.fr - 02 28 20 50 00