En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

Cliquez pour agrandir© RPDL / Ouest Médias

Christelle Morançais, profondément attachée au dialogue avec les Ligériens

C’est en Sarthe, au Mans, que la troisième réunion publique départementale, initiée par la Région des Pays de la Loire, a permis aux habitants d’échanger avec la présidente de Région, Christelle Morançais. "On s’en parle", session de rencontres dans chaque département, est à la fois une occasion pour la présidente de dialoguer directement avec les Ligériens, comme de rencontrer les acteurs économiques du territoire.

Premières rencontres, et premiers enseignements : l’emploi et l’économie constituent la préoccupation majeure des habitants, comme de la Région des Pays de la Loire, qui fait de cette thématique « le combat des combats » : Plan de bataille pour l’emploi, Contrat de croissance entreprises, dispositifs de formation… « Le développement économique est une compétence régionale depuis 2015 », a rappelé la présidente, « et je compte bien, durant mon mandat, faire en sorte que nos entreprises régionales, industrielles, artisanales, agricoles (…) puissent être accompagnées grâce à nos dispositifs régionaux : à l’occasion de leur création, de leur croissance, comme à l’occasion de leur transmission. »

« Il n’y a pas de sujets tabous »
Équilibre des territoires, transports, réchauffement climatique, santé pour tous… Une fois de plus, beaucoup de sujets ont été abordés et très nombreuses ont été les interventions du public concernant la sauvegarde de l’emploi : « comment maintenir le commerce de proximité », « pourquoi la jeunesse peine-t-elle autant à trouver du travail ? », « pourquoi est-ce tant un parcours du combattant pour obtenir, notamment pour les seniors, une formation ? » (…) Un père de famille est même venu avec son enfant pour témoigner des efforts déployés par son fils pour trouver une formation, un emploi stable mais que ses compétences « ne trouvaient pas preneur. » Des interrogations sensibles, concrètes, qui dépassaient parfois le cadre des compétences régionales, mais auxquelles la présidente de Région a souhaité répondre, sans fard, précisant qu’« il n’y avait pas de sujets tabous. À chaque fois que la compétence régionale est en jeu, je fais en sorte d’agir avec lucidité, et efficacité. »

Quelle réponse face au drame d’Arjowiggins ?

Accompagner le territoire, permettre aux salariés de rebondir… Plusieurs personnes dans le public ont saisi l’occasion de cette rencontre avec la présidente pour connaître sa position face à l’annonce de la liquidation judiciaire du site Arjowiggins. Là aussi, Christelle Morançais a rappelé combien « cette situation dramatique » l’avait « profondément bouleversée. Impossible de rester insensible à une décision qui prive des centaines de personnes de leur emploi. Depuis le début, je suis de près l’évolution de cette situation. Nous avons notamment proposé que l’argent public puisse participer à la sauvegarde du site, mais les actionnaires n’ont pas suivi ». Mais, pour affronter cette crise, la Région s’est fortement mobilisée, à la hauteur des enjeux humains, sociaux et économiques, et a proposé « une double réponse, sociale et territoriale », des mesures votées dès le 5 avril dernier en Commission permanente.

Retrouver le chemin de la réussite

Lors des riches échanges portant sur l’activité économique et l’avenir des jeunes notamment, la question de la formation et de l’emploi a suscité des interrogations, nombreuses et précises : « comment garantir la réussite des jeunes ? », « par quels moyens redorer le blason de métiers manuels, souvent décriés ? », « quel avenir pour la formation ? » Là aussi, Christelle Morançais a rappelé toute l’énergie mobilisée par les services régionaux pour que « les efforts déployés pour relancer l’apprentissage, ne restent pas vains, même en dépit de la perte programmée de cette compétence. » Et de poursuivre : « la compétence nouvelle de la Région dédiée à l’orientation pourra à la fois aider les chefs d’entreprises à recruter, comme les demandeurs d’emploi à trouver, ou retrouver, la voie de la réussite ». Travailler avec les branches professionnelles, écouter les besoins des acteurs économiques, valoriser « la valeur du travail » : Christelle Morançais a certes indiqué qu’elle n’avait pas de « baguette magique », l’élue a tenu toutefois à rappeler que le cœur de l’activité et la mobilisation régionale restent plus que jamais focalisés à agir « pour l’avenir de tout le territoire régional ».

Start-up sarthoises prometteuses

Parmi les raisons de positiver, il y a toutes ces réussites entrepreneuriales qui naissent en Pays de la Loire en général, et en Sarthe en particulier. Christelle Morançais l’a souligné : « avec une culture de l’excellence, agroalimentaire et automobile en tête, les entrepreneurs sarthois cultivent aussi l’art de faire bien : équipementiers automobiles, fleurons français de l’artisanat, industrie du luxe… » La présidente a pris pour exemple les deux start‐up sarthoises rencontrées juste avant le débat : Ian Motion et Flat Out, toutes deux membres du réseau ID4Car. « Deux réussites naissantes à suivre, car les solutions proposées sont à la fois innovantes et durables pour le secteur de l’automobile. J’approuve l’ambition de cette jeunesse entrepreneuriale qui croit en la réussite d’un marché en devenir. » Pour encourager les initiatives économiques de ce genre, la Région entend « simplifier la vie des entreprises pour les aider à recruter, comme de jouer la carte de la proximité, avec des services à la carte, au plus près des territoires ».

La transition énergétique en jeu

Plus tôt dans la journée, Christelle Morançais a aussi saisi l’occasion pour animer un temps d’échange sur le futur du territoire, rappelant l’utilité de la concertation grand public Ma région 2050, « démarche de prospective qui vise à imaginer et à construire collectivement l’avenir de notre région ». Un avenir responsable qui fait écho à l’enjeu de la transition énergétique : « c’est une responsabilité collective urgente », en témoigne le lancement de la démarche "fermes bas carbone", lancée à l’occasion d’une visite d’une exploitation agricole à Rouperroux-le-Coquet. Cette démarche valorise des décisions et aménagements, vertueux pour l’environnement, pris par des éleveurs laitiers pour atténuer les émissions de gaz à effet de serre de leur exploitation.

Faire la connaissance avec les compétences régionales

Après trois premières rencontres avec les acteurs économiques et les habitants, à Nantes en Loire-Atlantique, à Laval en Mayenne puis le 5 juin dernier au Mans, en Sarthe, la session "On s’en parle" se poursuivra dans le Maine-et-Loire, le 12 juin prochain à Angers, puis le 24 juin en Vendée, à Mouilleron-le-Captif. Objectif atteint ? Pour l’heure, l’exercice de la confrontation publique a permis à la présidente Christelle Morançais d’échanger directement, avec des chefs d’entreprise, des commerçants, des personnes en recherche d’emploi, des membres associatifs ou de simples citoyens. "On s’en parle" a également permis au public de mieux connaître et comprendre les compétences de la Région, les services publics proposés, et de faire le lien avec leurs préoccupations quotidiennes.

Mot(s) clef(s)

 

L'actu en images

Conseil Régional des Pays de la Loire
Hôtel de la région 1, rue de la Loire 44966 Nantes Cedex 9
Contacts - 02 28 20 50 00 
Contacts Transports - Inscriptions scolaires