En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

Se former quand on est handicapé

Au lycée, en centre de formation d’apprentis, dans une structure de formation professionnelle... les personnes en situation de handicap, jeunes ou adultes, doivent avoir accès comme les autres à la formation. En Pays de la Loire, c’est possible. Portraits croisés.

Le poing fermé posé sur la pointe du menton. En langue des signes, cela signifie «gâteau». Ce geste, les collègues d’Alexandre Retailleau ont appris à le reconnaître. Ce jeune homme de 19 ans, sourd de naissance, prépare actuellement un CAP de pâtisserie. Il partage son temps entre son entreprise, la boulangerie-pâtisserie Barbarit, et le CFA de la Chambre des Métiers de la Vendée à La Roche- sur-Yon. Grâce à la présence de Marie-Laure Durand, référente handicap, il bénéficie d’un cursus adapté à ses besoins. «Pour les cours, comme pour les examens, j’ai du mal à l’écrit », signe-t-il à l’attention de la personne chargée de faire « l’interface » en langue des signes et qui l’accompagne dans tous ses cours. «Pour certains cours théoriques, je suis seul dans une salle avec un professeur et l’interface, poursuit-il. Cela me permet d’aller à mon rythme, de mieux suivre ». Il rejoint les autres apprentis pour le sport, le dessin, la technologie et la pratique professionnelle en laboratoire. En juin prochain, Alexandre Retailleau passera les épreuves finales pour obtenir son CAP.

Frédéric manager-adjoint du rayon poissonnerie

Frédéric Guyard, lui, a été confronté assez tard à la question du handicap. Ancien pâtissier, il a développé une allergie à la farine, qui s’est transformée en asthme. Il a dû s’arrêter de travailler après une importante perte de sa capacité respiratoire. Après plusieurs mois de chômage, il a décroché des stages grâce à la plateforme de réorientation de la Chambre des métiers. C’est lors d’un de ces stages qu’on lui a proposé une réorientation vers les produits de la mer.

Pendant un an, il a suivi une formation en alternance à l’ISFFEL, centre de formation par alternance pour le commerce. Agé aujourd’hui de quarante ans, Frédéric Guyard est manager adjoint de son rayon au magasin Super U de Saint-Etienne-de-Montluc (Loire- Atlantique). En attendant, espère-t-il, de rejoindre à terme la centrale du groupe, basée à Carquefou.
 

 


Trois questions à...

Chloé Le Bail, vice-présidente de la Région et présidente de la commission solidarité, santé, égalité des droits.

Comment s’intègre la prise en compte du handicap dans les politiques régionales ?

Chloé Le BailLa mise en place de cette feuille de route qu’est l’Agenda 22 faisait partie des engagements de campagne des élus régionaux. Se déplacer, se loger, accéder aux bâtiments publics, effectuer des démarches administratives... Les personnes en situation de handicap sont confrontées tous les jours à de nombreuses difficultés. Pour faire disparaître un à un tous les freins à l’intégration, nous devons changer de point de vue, nous mettre à la place de ces personnes. Le handicap est multiple et il faut l’aborder sous tous ses aspects. C’est la raison pour laquelle nous avons travaillé avec des hommes et des femmes très impliqués dans le monde associatif.

Le handicap n’est cependant qu’un axe de la politique solidaire de la Région ?

Au-delà de la question du handicap, la solidarité constitue en effet un combat essentiel pour nous. Nous avons notamment mis en place le Pack 15-30, qui aide les jeunes à se déplacer, se loger et se soigner. Le Pacte pour l’emploi des jeunes, également, qui offrira une formation aux jeunes sans qualification embauchés dans le cadre des futurs contrats d’avenir. De plus, la Région soutient la création de maisons de santé en milieu rural, pour faire reculer les déserts médicaux, ainsi que la rénovation thermique dans les logements sociaux ou étudiants. L’Agenda 22 vient compléter cette série de mesures ambitieuses en faveur d’un monde plus solidaire.

La Région choisit donc le volontarisme...

La Région des Pays de la Loire maintient, en effet, le cap en renforçant ses investissements publics, qui, en entraînant l’activité et l’emploi, continuent d’irriguer le tissu industriel. Face à la crise, nous nous saisissons de toutes les opportunités de développement. Les Pays de la Loire préfigurent ainsi le nouveau rôle que les Régions doivent jouer au service du redressement productif de la France.

Mot(s) clef(s)

aller plus loin

L’Agenda 22 de la Région des Pays de la Loire est un document qui entérine et renforce son engagement dans la prise en compte du handicap au quotidien. 

 

L'actu en images

Conseil Régional des Pays de la Loire
Hôtel de la région 1, rue de la Loire 44966 Nantes Cedex 9
Contacts - 02 28 20 50 00