Poursuivre le soutien régional à l’apprentissage

Même si les Régions n’assurent plus le pilotage direct de l’apprentissage depuis la réforme entrée en vigueur début 2020, la présidente de Région, Christelle Morançais, a décidé de poursuivre l’engagement régional en faveur de cette voie d’excellence.

La situation est antinomique : malgré les craintes suscitées par la crise sanitaire et ses conséquences économiques, les effectifs d’apprentis sont en hausse dans tous les centres de formation de la région. Championne toutes catégories, la région des Pays de la Loire compte le plus grand nombre d’entrées en apprentissage en France, avec des hausses pouvant aller de 12  % à 15% d’augmentation d’une année sur l’autre. Et pourtant la crise frappe très durement des CFA déjà fragilisés par les effets négatifs de la réforme de l’apprentissage, et notamment les CFA ruraux ou consacrés à des métiers rares.

Pour enrayer cette spirale, la Région a décidé d’agir fort, en mobilisant :

  • 5,7 millions d’euros, versés en 2020 aux CFA, ce qui correspond au solde non payé par l’Etat à la Région à la suite de la réforme de l’apprentissage.
  • 1,3 million d’euros, attribués pour permettre aux CFA de boucler leurs opérations de tra-vaux ou d’acquisition d’équipements.

Par ailleurs,

  • Un fonds de soutien sera créé pour aider les CFA les plus en difficultés.
  • La bourse régionale de l’apprentissage sera rouverte en 2021.

L’apprentissage, une voie d’excellence

Avec un taux d’insertion de 82% en Pays de la Loire, l’apprentissage est aujourd’hui le plus court chemin vers l'emploi. Or, face au projet du gouvernement d'amputer de 6 % le budget des CFA, alors même que le nombre d'apprentis n'a jamais été aussi élevé en France (environ 33 000 en Pays de la Loire), Christelle Morançais, présidente de la Région des Pays de la Loire, et André Martin, vice-président chargé de l’emploi, de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’orientation, le revendiquent : « Notre jeunesse ne doit pas être la variable d'ajustement budgétaire de la crise. Pourquoi l'affaiblir au moment où les jeunes en ont le plus besoin ? » Les élus régionaux ont récemment fait ne proposition simple au Premier ministre : redonner aux Régions la compétence en matière d'apprentissage que l’État a retiré aux Régions. Et pour continuer à offrir aux jeunes ligériens, partout sur les territoires, la possibilité d’emprunter cette voie d’excellence, plusieurs mesures seront prochainement discutées lors de la session du Conseil régional des 16 et 17 décembre. Un élargissement du champ d’intervention du soutien en fonctionnement sera proposé pour permettre notamment le maintien de formations à petits effectifs : métiers en tension, localisation géographique des centres de formation, métiers rares… La présidente de Région proposera également de renforcer la sécurisation des parcours, en garantissant aux jeunes sans contrat en CFA de poursuivre leur année de formation en intégralité.

4 puis 5 Orientibus sur la route

Dans le cadre de la nouvelle compétence renforcée en matière d’information sur les métiers et les formations, la Région déploie des moyens importants et mise notamment sur la nouvelle tournée de l’Orientibus. Ces outils de découverte des métiers et des formations, notamment par l’immersion numérique, conçus et réalisés par la Région avec l’appui de ses partenaires, aide les différents publics à mieux connaître les métiers et les différentes voies d’accès à l’emploi, dont l’apprentissage, en faisant de l’usager un acteur de la construction de son projet d’avenir. Quatre véhicules sillonnent actuellement la région, suivant un calendrier précis, en attendant un cinquième Orientibus, prévu début 2021.