Un Prix littéraire des lycéens 2020 atypique mais toujours aussi riche

Malgré la crise sanitaire, l’Action éducative ligérienne du Prix littéraire des lycéens a pu être menée jusqu’à son terme. Près de 600 jeunes issus de dix établissements y ont pris part. L’épilogue s’est déroulée le 15 juin dernier à l’Hôtel de Région. Le prix a été décerné à Olivier Liron pour son livre Einstein, le sexe et moi.

C’est en petit comité que le 7e prix littéraire des lycéens organisé par la Région des Pays de la Loire a été décerné, l’événement s’est déroulé dans l’hémicycle de l’Hôtel de Région à Nantes, en présence d’Isabelle Leroy et Barbara Nourry, vice-présidentes déléguées respectivement aux lycées et aux affaires générales de la Région, devant un auditoire restreint (mesures de distanciation physique obligent), composé notamment des membres du comité de sélection. Animé par Bernard Martin, éditeur et coordinateur de ce prix, cet échange a été retransmis en direct sur le net grâce à un Facebook live.

Olivier Liron plébiscité

Malgré la crise sanitaire, cette Action éducation ligérienne (AEL) a pu se dérouler quasiment dans son intégralité, grâce à quelques aménagements. Trente rencontres avec les six auteurs sélectionnés cette année ont pu avoir lieu avec les 600 élèves des dix établissements ligériens – dont quatre nouveaux - qui participaient à cette 7e édition du prix. Seules les deux dernières programmées le 17 mars n’ont pas pu se tenir. Côté palmarès, c’est donc le titre Einstein, le sexe et moi d’Olivier Liron (Alma éditeur) qui a été choisi par les jeunes jurés parmi la sélection des 6 ouvrages en lice cette année. Ce Normalien et agrégé d’espagnol, né en 1987, a enseigné la littérature comparée à l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle avant de se consacrer à l’écriture et au théâtre. C’est par le biais d’un message vidéo retransmis pendant l’événement qu’il a tenu à saluer la mobilisation des lycées pour son ouvrage.
 

Une réussite collective

Les votes, qui traditionnellement s’effectuent en classe à l’issue d’une rencontre/débat entre les élèves, les professeurs et le coordinateur du Prix, ont été réalisés en ligne. 427 élèves sur les 600 inscrits, ont joué le jeu. « C’est une belle preuve d’attention et d’intérêt de la part des élèves. Les professeurs ont su entretenir la motivation et l’envie d’aller au bout de l’aventure », s’est félicitée Barbara Nourry, en saluant la « réussite collective » de ce projet pédagogique qui réunit lycéens, enseignants, libraires et bibliothécaires.
 

« Partager le plaisir de la lecture »

Les lycéens ont fait leur choix parmi six ouvrages qui avaient été sélectionnés par un comité composé d’enseignants, libraires et bibliothécaires. Une sélection à la fois exigeante, accessible et diversifiée, représentative de la production littéraire actuelle. Car, le triple objectif de ce prix, a rappelé Barbara Nourry, est de « sensibiliser à la création littéraire contemporaine, aiguiser l’esprit critique, la créativité et partager le plaisir de la lecture en groupe, mais aussi de façon plus personnelle. »
 

« Je ne suis pas un grand lecteur »

Ces objectifs ont été atteints, à la lueur du témoignage de Josepha, du lycée Henri-Bergson d’Angers, et retransmis lors de la cérémonie :
« Le prix littéraire m’a donné envie de lire de vrais livres, je veux dire des romans adultes. Jusque-là, je ne lisais que des livres fantastiques, des BD, mangas… Je suis sortie de mon monde et j’ai découvert de nouveaux auteurs, styles, et surtout j’ai pu me convaincre que ce n’est pas si dur de lire et comprendre un livre. »
« J’ai bien aimé rencontrer les auteurs, car cela me permettait, pour moi qui aime bien les livres, d’en savoir plus sur les coulisses de l’écriture d’un roman. »
« Le prix littéraire m’a réconciliée avec les livres. Je n’aimais pas trop lire au collège et j’avais peur des romans de plus de 200 pages. Maintenant, je peux lire des romans assez longs sans problème. »
« Je ne suis pas un grand lecteur, mais le fait de lire m’a donné envie de lire beaucoup plus. »
Tout est dit !